Présence dans le monde



Qui
SOMMES-NOUS?

Notre présence
DANS LE MONDE

Devenir une
SOEUR DE LA CHARITÉ

       

 

 

Lesotho et République de l'Afrique du Sud-  Province Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus
 

Afin de répondre aux besoins essentiels de leur peuple, nos Sœurs Basotho ont d’abord multiplié les œuvres traditionnelles de la Communauté.  Elles se donnent corps et âme dans l’éducation, les soins de santé et les services sociaux.

En éducation, leur action s’étend du niveau préscolaire au niveau collégial. Elles ont la charge d’un préscolaire dans la capitale Maseru, de quatre petits préscolaires en milieu rural, d’une école primaire avec pensionnat à Pontmain et trois écoles secondaires avec pensionnat.  Pour maintenir toutes ces maisons d’éducation, les sœurs doivent se qualifier dans les Universités ou dans les Collèges selon leur spécialité.

Les soins de santé sont dispensés dans deux hôpitaux à Paray et Seboche où se retrouvent plusieurs médecins et autres professionnels de la santé.  Une gamme de services et de cliniques spécialisées sont à la disposition des patients, allant de la prévention, des soins, des cliniques externes ou mobiles, au dépistage et au traitement, incluant le counselling pour les personnes atteintes du VIH-SIDA.  De plus, six cliniques ou petits centres hospitaliers en milieu rural complètent ce réseau.  À Paray, l’hôpital  est doublé d’une école d’infirmières qui forme non seulement des infirmières auxiliaires mais aussi des infirmières autorisées.

En service social, un orphelinat  a été ouvert à Maseru appelé « Bytown Center » pour recueillir des jeunes devenus orphelins, la plupart à cause de la pandémie du SIDA qui dévaste le pays.  Les sœurs administrent aussi un refuge à Pontmain pour accueillir une quinzaine de dames âgées, abandonnées de leur famille.

Si la majorité des sœurs  se dévouent à l’intérieur de nos œuvres, d’autres enseignent dans les écoles paroissiales, ou encore elles s’engagent dans la pastorale paroissiale ou différents services qui réclament la présence des religieuses.

La mission peut compter sur le service de nos sœurs pendant de nombreuses années, car l’engagement généreux des jeunes filles de ces pays assure une relève dévouée et compétente.

Pour plus d’informations sur les œuvres de nos sœurs au Lesotho-République d’Afrique du Sud, visiter le site web.

 

 

 

Statistiques 2016

Lesotho

Diocèses Maisons Religieuses
Leribe 9 70
Maseru 4 21

 

République d'Afrique du Sud

Diocèse Maison Religieuses
Pretoria 1 4

 

Fondation- Lesotho 1931

 

À la suite d’une pressante invitation du pape Pie XI en faveur des missions, le Père Philémon Bourassa, provincial des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée, fait une demande officielle à Mère Saint-Bruno, supérieure générale.  Il souhaite disposer des services de religieuses enseignantes pour former de futurs diplômés, et pour, en même temps, se charger d’œuvres charitables comme un hôpital ou un dispensaire.

 

1931     

Cette demande de fondation interpelle la Congrégation qui se dit heureuse d’implanter la charité de Mère Bruyère en Afrique.  On envoie alors cinq sœurs qui voyagent du Canada vers Durban par bateau et arrivent à Pontmain, au Basutoland (aujourd’hui le Lesotho).  Ce sont les Sœurs Louis-Gérard, Paul-Eugène, Marie-des-Anges, Marie-de-Jésus et Jeanne-Emmanuel.

 

1934   

C’est l’ouverture d’un noviciat à Pontmain.  Deux ans plus tard, six novices prononcent leurs vœux temporaires. Malgré les multiples défis à surmonter, spécialement celui de la langue, des écoles primaires et secondaires, des pensionnats, des classes d’agriculture industrielle, de jardinage, de couture, des dispensaires et des hôpitaux sont créés peu à peu pour répondre au besoin de la population.

 

1934-1966      

Les sœurs s’établissent à Pitseng (1931), à Butha Buthe (1934), à Paray (1936), à Roma (1940), à Seboche (1947), à Leribe (1949), à M’A’ Mohau (1956-2009) et à Mositi (1957-1972).

 

1957                 

Tous ces établissements annoncent un avenir prometteur.   Mère Saint-Paul, supérieure générale, écrit à la suite de l’un de ses voyages :

« Cette entente cordiale et de catholicité (sœurs canadiennes et africaines) a doté la Congrégation d’une puissante relève de soixante-treize sœurs africaines, capables de participer à l’évangélisation de leur pays. »

Soeur Paul-Émile, Les Soeurs Grises de la Croix d'Ottawa, 1876-1967, p.311

 

1958 

Encore au stade de pauvreté et d’expérience, le D’Youville Junior Secondary School dispense l’enseignement. 9 élèves/12 réussissent les examens du Département de l’Éducation.

 

1960

Ouverture de l’Hôpital Our Lady of Providence dans la Paroisse St. Charles à Seboche.

 

1963 

À Seboche, le dispensaire a évolué jusqu’à devenir un véritable hôpital. Le couvent des sœurs fait partie du complexe de l’hôpital.

 

1966                 

Le Basutoland porte désormais le nom Lesotho. C’est un petit État indépendant dans le territoire de la République d’Afrique du sud.

 

1967-1989

La Mission St. Denis à Leribe ouvre ses portes le 20 février 1967. Les Sœurs oeuvrent dans l’enseignement.

 

1969 

Ouverture de l’école secondaire Pitseng à Pontmain. Pour assurer la qualité de l’éducation, les autorités de la Congrégation favorisent les études des sœurs autochtones, au pays et à l’étranger.

 

1970 

Année de la grande sécheresse. Gens et bêtes défaillent le long des routes. À Pontmain, une dizaine de pouces d’eau dans le réservoir laisse présager le pire. La mission regroupe environ 800 personnes : pères, sœurs, pensionnaires, étudiantes sans compter des centaines de villageois qui viennent pour se ravitailler. L’eau est rationnée mais ne manque pas. Tout le temps qu’a duré la sécheresse, le réservoir d’eau n’a pas baissé d’un seul pouce.

 

1976

Bénédiction et ouverture du nouveau couvent Marguerite d’Youville à Maseru, capitale du Lesotho. L’éducation, au niveau préscolaire, est l’oeuvre prioritaire.

 

1977 

Fondation d’une École d’infirmières à l’hôpital de Paray (1939) grâce à l’aide de l’Association privée de la Santé du Lesotho (CHAL). La Congrégation est responsable de cette école.

 

1992

En avril, le nouveau couvent Louis Gérard à Likhakeng Ha Mahlomola accueille quelques sœurs; elles inaugurent un petit centre de santé. Plus tard, ce couvent logera aussi le pré-noviciat.

En novembre, la nouvelle Maison provinciale, sous le vocable de Divine Providence, situé à Leribe, accueille des membres de la Direction provinciale ainsi que des sœurs pour divers apostolats.

 

2000 

Le couvent St. Claire de Sekamaneng, Maseru ouvre ses portes. Quelques sœurs se dévouent à l’orphelinat, adjacent au couvent.

 

2009 

Ouverture de la nouvelle infirmerie Paballong Ea Molimo (Sous la Providence de Dieu) à Leribe pour les sœurs malades et âgées.

Rénovation majeure de l’école secondaire St. Charles à Butha-Buthe.

 

2013 

Rénovation majeure au Pitseng Secondary School et construction du pensionnat fréquenté par les étudiantes au secondaire de Pontmain.

 

 

Fondation- République d'Afrique du Sud  1952

 

Quatre sœurs du Lesotho se rendent en République d’Afrique du Sud pour y fonder leur première mission dans la Province du Natal.  Peu nombreuses, elles s’adonnent toutefois à l’éducation, au soin des malades et à la pastorale paroissiale.

 

1960

Au cours des années 60 et 70, la Congrégation ouvre plusieurs couvents.

 

1961-1966 

Ouverture du couvent Marguerite d’Youville à Kaalfonteine. Les Sœurs font du travail social et l’enseignement de la religion aux enfants. Le district n’est pas catholique.

 

1962-1972

Au Transvaal, la mission Mother  Bruyère d’Atteridgeville poursuit l’œuvre éducative, l’enseignement du catéchisme et l’aide aux  pauvres. 

 

1965 -1980

Ouverture d’un postulat et d’un noviciat au couvent St. Michael, De Widlt.

 

1979 

Un grand mouvement de séparation, l’apartheid, se soulève dans le pays. La communauté ferme le couvent de De Wildt pour ouvrir le couvent Our Lady of Lourdes à Denilton, Transvaal.

 

1991-2009

Le couvent St. Cecile situé dans la mission catholique St. Elisabeth de Mamaneng, Marblehall est fort occupé. Les Sœurs exercent les fonctions suivantes : infirmière dans une clinique externe à la Congrégation, enseignante au jardin d’enfants, agente de pastorale.

 

2000-2011

Ouverture de St. Theresa Clinic et du couvent Most Holy Trinity à St. Theresa Mission, Zastron dans le diocèse de Aliwal North.

 

2014

Aujourd’hui, elles demeurent quatre sœurs dans le diocèse de Pretoria pour y œuvrer en pastorale paroissiale. Une sœur provient du Lesotho et les trois autres sont natives de la République d’Afrique du Sud.

 

Pour plus d’informations, consulter : Une forme d’inculturation du charisme de charité dans l’Église, Élisabeth Bruyère (1818-1845-1876-1980)  Huguette Parent, SCO  Chapitre cinquième.