Présence dans le monde



Qui
SOMMES-NOUS?

Notre présence
DANS LE MONDE

Devenir une
SOEUR DE LA CHARITÉ

 


Haïti  
 

1967-2013

Pendant 46 ans, notre congrégation a assuré une présence en Haïti.  Nous avons été présentes à Port-au-Prince, à Dessalines et à Ennery.

Nous avons oeuvré en éducation, surtout dans des écoles primaires ainsi qu’en pastorales scolaire et paroissiale.  En soins de santé, nous avons mis sur pied des dispensaires, des cliniques et des dortoirs pour les malades atteints de tuberculose.

Au cours de l’année 2012-2013, nous quittions définitivement le pays, remettant nos œuvres à d’autres congrégations qui acceptaient de continuer la mission auprès de ces populations.

En octobre 2012, à la paroisse d’Ennery, les Sœurs de la Charité de Saint-Hyacinthe prenaient la relève pour la continuité de cette œuvre, selon le charisme des Soeurs de la Charité dites Soeurs Grises.  Au mois d’août 2013, à Dessalines,  nous passions le flambeau aux Sœurs Salésiennes Missionnaires de Marie-Immaculée, de Madagascar.  Elles continuent d’assurer le charisme de  compassion à l’école, au dispensaire et à la paroisse.

 

Fondation 1967

 

1967      

Monseigneur Atonio Samoré, attaché à la secrétairerie d’État du Vatican et vice-président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, Monseigneur Marie-Joseph Lemieux, nonce apostolique en Haïti, et Monseigneur François-Wolff Ligondé, archevêque de Port-au-Prince, demandent à Mère Saint-Paul, supérieure générale, d'envoyer des Soeurs Grises-de-la-Croix en Haïti.

Les autorités de la Congrégation accèdent à cette requête et, en septembre de la même année, six sœurs arrivent à Port-au-Prince dans la paroisse Saint-Gérard dirigée par les Pères Rédemptoristes.

Dès le début, elles s’impliquent dans la pastorale paroissiale, dans l’enseignement de la catéchèse dans les écoles publiques, et dans les soins de santé dans les dispensaires de la région. Les sœurs œuvrent durant trois ans dans ces milieux.

 

1968      

Monseigneur Emmanuel Constant, évêque des Gonaïves, fait appel aux autorités de notre congrégation pour obtenir la présence des sœurs dans une école primaire à la paroisse de Dessalines, ainsi qu'en pastorale paroissiale aux Gonaïves.

En octobre, un couvent est fondé aux Gonaïves, où les sœurs travailleront à l’église-cathédrale en pastorale paroissiale, et à l’école Sainte-Claire d’Assise, dite École des Sœurs, à Dessalines.

Les routes souvent impraticables et les fatigues du voyage obligeront les sœurs à quitter les Gonaïves pour s’installer définitivement à Dessalines où elles travailleront dans l’enseignement, dans la pastorale paroissiale et dans les soins de santé au dispensaire. La Congrégation quitte cette mission au mois d’août 2013.

 

1982      

Les autorités de la Congrégation répondent à l’invitation du curé de la paroisse d’Ennery, le père Émile Glouagen, appuyé par Monseigneur Emmanuel Constant, évêque du diocèse des Gonaïves.  En février, deux sœurs se rendent sur place pour œuvrer dans l’éducation et dans la pastorale paroissiale.  Au cours de l’année, une sœur infirmière se joint à l’équipe pour s’occuper du bon fonctionnement de la clinique médicale. La Congrégation quitte cette mission en octobre 2012.

 

1995      

À Port-au-Prince,  le Père Antoine Adrien, supérieur des Pères missionnaires du Saint-Esprit et directeur du Petit Séminaire Collège Saint-Martial, fait appel à notre congrégation pour obtenir sa collaboration.

Une sœur prend la responsabilité de l’infirmerie du Collège, une seconde enseigne au niveau secondaire, et une troisième prend la direction de la section préscolaire.

La Congrégation laisse cette mission en juillet 2005.

 

 

 

Papouasie –Nouvelle-Guinée   

Fondation 1992

Les vocations religieuses sont peu nombreuses; toutefois, les autorités de la Congrégation prennent le risque d’aller vers un autre continent, l’Océanie. 

Nous répondons à la demande de l'évêque du diocèse de Daru-Kiunga d'assurer une présence auprès des réfugiés en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

 

L'existence des camps de réfugiés provient du fait que la Papouasie occidentale fut annexée à l'Indonésie par une décision de l'ONU.  Or, les gens qui avaient une plus grande affinité, par leurs racines culturelles, avec ceux de la Papouasie, se sont réfugiés près des frontières des deux provinces de la PNG (Papouasie-Nouvelle-Guinée).  Le gouvernement a alors demandé à la United Nations High Commission for Refugees d'établir un camp et de s'occuper de ces réfugiés.

 

1992     

Nos sœurs du Lesotho répondent à cet appel en ouvrant une mission à Iowara.  Au camp des réfugiés, elles soignent les malades et viennent en aide aux femmes et aux enfants. 

 

1995     

Au début de l’année, deux sœurs canadiennes et une sœur américaine s'envolent vers Kiunga où elles assumeront le service diocésain en pastorale jeunesse et la formation des agents et agentes de pastorale et de transformation sociale. Les sœurs travaillent en collaboration avec les Pères Montfortains, les Filles de la Sagesse et autres congrégations internationales et autochtones ainsi qu'avec des laïcs.

Au début du 21e siècle, la mission évolue à Iowara, puisque les gens ont quitté le camp pour s’établir dans des résidences.  Les sœurs travaillent alors en pastorale paroissiale et à la promotion de la femme.

 

2004     

En février, les sœurs du Couvent Holy Trinity de la mission de Kiunga quittent définitivement la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En septembre, les sœurs du Couvent Sainte-Agathe de la mission d’Iowara quittent à leur tour pour retourner dans leur pays du Lesotho.

 

 

 

Thaïlande - Province Notre-Dame-du-Rosaire, Asie
 

À Pakkret, non loin de Bangkok, nous nous dévouons auprès des pauvres des bidonvilles.  Les enfants démunis et abandonnés sont recueillis aux Maisons de l’Espoir afin de leur assurer la scolarité, l’éducation et la sécurité.  Nous collaborons autant avec les autres communautés religieuses qu’avec les bonzes bouddhistes.  Il faut ajouter à ceci les visites dans les montagnes où règne une immense pauvreté.  Une pastorale est également assurée à la grande communauté japonaise de Bangkok.

Pour plus d’informations sur les œuvres de nos sœurs au Japon et en Thaïlande, visiter le site Web

 

 

Statistiques

Diocèse Maison Religieuses
Bangkok 1 2


 

Fondation 2004

2004-2014          

C’est à Pakkret, à 18 kilomètres de Bangkok, dans la paroisse dirigée par les prêtres des Missions Étrangères de Milano, Italie, que la province Notre-Dame-du-Rosaire, Japon, ouvre sa première mission Ad Gentes.

 

2016

La Congrégation quitte la Thaïlande le 11 mars 2016. Les deux soeurs missionnaires retournent à Sendai au Japon.

 

Vous désirez venir en aide à nos missions?

 

La Procure des missions Élisabeth-Bruyère est un organisme de bienfaisance enregistré auprès de l’Agence du Revenu du Canada depuis 1989.  À ce titre, l'organisme peut recevoir des dons en faveur des pauvres de tous les pays où oeuvrent nos Sœurs.  Les dons reçus sont transférés selon les intentions des donateurs.

Comme cet organisme est enregistré (# 888362449RR0001), la Procure des missions Élisabeth-Bruyère peut émettre des reçus pour fins d'impôt.  Lorsque vous faites un don, veuillez indiquer vos coordonnées (nom, adresse, code postal) et le pays auquel vous destinez votre don.
 

Les dons doivent être envoyés à :

La Procure des missions Élisabeth-Bruyère,

27, rue Bruyère,

Ottawa (Ontario)

K1N 5C9

 

Au nom de toutes nos Sœurs

qui se dévouent auprès des démunis dans dix pays,

au nom de toutes ces personnes

à qui vous procurez un peu plus de dignité

et d'espérance en un avenir meilleur,

la Procure des missions Élisabeth-Bruyère vous redit :